Rézolution Numérique : l’indispensable contribution des associations au développement de la citoyenneté à l’ère du numérique

Le collectif en charge de la conception et la mise en place de la rencontre Rézolution Numérique qui s’est tenue le 16 mars dernier à Joué Lès Tours, m’avait demandé de clôturer la journée en assumant la charge de grand témoin. Voici résumé en quelques mots le contenu de mon intervention que j’ai « improvisé » en appui sur ce qui a été dit et présenté tout au long de la journée et que je prends ici le temps de structurer et compléter, J’avais peur que je ne pourrais pas présenter mon discours puisque je devais voyager avec mon scooter électrique pendant environ deux heures..

La cohérence entre vie associative et  usages du numérique.

Il y a fondamentalement des liens entre vie associative et développement des usages du numérique. Tout comme la vie associative le numérique c’est :

  • s’informer, mutualiser, partager, faire ensemble.
  • créer, découvrir , contribuer à la vie des réseaux

Dès lors, il est indispensable que les associations se posent la question de l’impact du numérique sur leurs modalités d’organisation et de gouvernance, au delà des atouts évidents que les travaux de la journée ont mis en exergue en matière de :

  • communication et diffusion des activités,
  • information et travail collaboratifs entre les adhérents,
  • recherche de nouvelles ressources, et sollicitation de dons,
  • connaissance mutuelle et rapprochement des associations d’un même territoire.
La digitalisation, l’occasion de ré-interroger le fonctionnement de l’association

En effet, concevoir son écosystème numérique est sans aucun doute l’occasion pour une association de ré-interroger :

  • ses modes d’organisation afin de faciliter et inciter l’investissement de tous les adhérents. Le net permet de s’affranchir, pour partie, des notions de temps grâce aux outils en ligne accessibles dès lors que l’organisation familiale et professionnelle en laisse le loisir,
  • les procédures de prise de construction et de décisions collectives. Les outils numériques permettent à chacun de trouver des possibilités multiples de contributions (sondage, commentaires, expressions écrites, audio et vidéo, …)
  • le territoire d’impact et les coopérations de l’association, car le net transcende les frontières géographiques.
Le numérique doit contribuer à renforcer la mise en œuvre des valeurs associatives

Pour s’engager sur cette voie, le projet associatif, les valeurs portées par le mouvement associatif, la nature des publics visés, la réalité des usages numériques des adhérents, sont autant de repères qui, tout au long la digitalisation de l’association, vont guider les choix et les décisions. Je n’ai pas caché lors de cette intervention mes  partie pris notamment en terme d’accès pour tous aux usages du numérique :

  • la cohérence entre logiciels libres, éducation populaire et vie associative,
  • le développement des pratiques participatives et contributives qui poussent à concevoir des modes de gouvernance  horizontales,
  • le regard critique sur les modèles économiques des différentes solutions informatiques qui, sous prétexte de gratuité, ne se privent pas d’exploiter financièrement les données mises à disposition.
Les points d’attention pour conduire la digitalisation
La réalité des usages des adhérents

Une association c’est avant tout ses adhérents, qu’ils soient partis prenant de la gouvernance (bureau, conseil d’administration, … ) ou simple participant aux activités. Tous ont des usages du numérique diversifiés  qu’il convient de prendre en compte:

  • ceux qui ont des compétences et qui peuvent les mettre au service du projet numérique (formation, animation web, contribution à la recherche de ressource, …)
  • ceux qui ont des usages limités qui constitueront sans doute la porte d’entrée  vers un développement progressif de l’écosystème numérique
  • ceux qui n’ont aucun usage et pour qu’il faudra quand même prendre en compte pour ne pas les laisser sur le bord de la route de la vie associative et des usages du numérique.
Un projet nécessairement partagé au sein de l’association.

Si le numérique s’impose dans la société, la prise de conscience de prendre en compte cette nouvelle donne et de se l’approprier se gagne. Aussi il convient de respecter des phases de sensibilisation et de débat pour convaincre une majorité d’adhérents à se lancer dans l’aventure. La minorité restante ne doit pas être laissée sur le bord de la route et des initiatives doivent être prise pour convaincre:

  • inviter à essayer
  • partir avec des objectifs modestes et faire pratiquer
  • ne pas hésiter à aller voir ou faire venir d’autres associations qui se sont lancées,
  • … .
L’accompagnement du projet digital

La Grange Numérique, un tiers lieu, ressource des associations

La digitalisation de l’association doit être accompagnée car il n’est pas toujours aisé quand on a le « nez collé à la vitre » de prendre de la hauteur pour faire les bons choix tant en terme d’organisation et d’ outils adaptés aux besoins. Ce n’est pas toujours simple car les moyens financiers en sont pas toujours disponibles  et/ou le temps est en priorité focalisé sur les missions premières de l’association. Comment faire? Il  existe plusieurs pistes dont celles-ci :

  • faire appel à des compétences internes d’un adhérent peut-être un peu moins investit mais pour qui cela peut être l’occasion d’être utile à l’association,
  • repérer les projets et/ou structure pouvant apporter de l’expertise comme le projet DUNAR d’ID 37,
  • se renseigner pour voir s’il existe un Espace Public Numérique susceptible d’être sollicité,
  • être vigilent aux divers appels à projet des organismes publics et fondations qui pourraient financer un projet de digitalisation,
  • participer à des rencontres telles que Rézolution, ou encore la biennale organisée par Villes au Carré sur le numérique, enjeux d’égalité pour les quartiers
Ne pas se laisser entraîner par le rythme soutenu des évolutions technologiques.

Dans le domaine du numérique, il est communément admis que sitôt qu’une innovation émerge elle est déjà remplacée par la suivante. Il convient de respecter le rythme humain. Il n’y a pas d’appropriation harmonieuse du numérique qui ne respecte pas le temps nécessaire à la connaissance des enjeux, de la formation et de l’usage des outils. Il n’est pas grave de ne pas être à la pointe de la technologie, l’important c’est ce que l’on en fait. L’innovation, c’est  avant tout essayer, même si on ne dispose pas de la dernière trouvaille technologique.

La digitalisation des associations: leurs contributions à l’exercice de la citoyenneté à l’ère du numérique.

Il y a un objectif plus large à l’intégration du numérique dans la vie d’une association. En opérant cette mue, l’association contribue aux usages coopératifs du numérique de ses adhérents. Pour réussir, elle est obligée d’envisager la formation des ses bénévoles, et pour certaines, de trouver les moyens de s’équiper et donc de faciliter l’accès aux outils (ordinateurs, tablette, smartphone, … ). Les acquis pour chaque adhérent ou bénéficiaire dépassent alors le simple cercle de la vie associative pour donner à tout un chacun la possibilité de mieux comprendre les enjeux et usages du numérique dans son cercle familial, amical et bien sur professionnel. Comprendre le monde qui nous entoure, le maîtriser et intervenir, c’est la contribution en matière d’éducation populaire aux usages du numérique du monde associatif.

Jacques HOUDREMONT